Les couleurs du tarot

Publié Publié dans Symbolisme

Un peu d'Histoire...

En premier lieu, et pour éviter de se perdre dans trop de conjonctures tirées par les cheveux, il est nécessaire de remettre la question des couleurs dans un contexte culturel et technique.

Les tout premiers jeux consistaient en des oeuvres quasi uniques (le Visconti-Forza était constitué d’enluminures). L’esthétique, la dimension luxueuse, et les codifications graphiques en usage primaient donc sur la symbolique ésotérique.

Lors de la diffusion en masse des premiers jeux destinés au peuple, il fallait optimiser les moyens de reproduction, et bien sûr, les couleurs ont été parfois réduites en nombre. Ces nombres diffèrent d’ailleurs selon les types de jeu. Les couleurs sont toutefois choisies pour leur valeur symboliques (rouge: actif; bleu: introspection; vert: naturel; jaune: pensée et intellect, etc.). Ce phénomène reste d’actualité à la fin du XIX° siècle et le modèle graphique simplifié une norme qui sera reprise dans le fameux Paul Marteau de 1930, édité chez Grimaud. Camoin et Jodorowski vont grandement élargir la palette avec leur version très personnelle du tarot de Marseille.

Les couleurs du tarot Waite-Smith et de ses variantes

Les couleurs du tarot changent avec l’avènement du Waite-Smith. Elles sont mises en place pour s’accorder aux moyens d’impression de 1909, et bien sûr dans le cadre d’une esthétique d’époque. Comme on maîtrise la reproductibilité et, puisque l’on repart de zéro, on choisit les couleurs selon leurs significations.

Ultérieurement, les grand nombre de jeux hérités du Waite-Smith permettront aux créateurs de laisser libre cours à leur sensibilité, y compris en reléguant les rapports des couleurs avec la symbolique traditionnelle au profit du plaisir esthétique seul.

Les couleurs du tarot Waite-Smith

Les couleurs du tarot empruntent leurs codifications dans la symbolique générale qui imprègne le monde occidental depuis des siècles.

En général, les couleurs chaudes sont actives, les froides plus passives et intérieures, etc.

À ces valeurs sémantiques, d’autres viennent s’ajouter.

Les couleurs du tarot dans le détail:

Le blanc, le noir et le gris:

Blanc: pureté; virginité; innocence; harmonie spirituelle, la source de toute chose (synthèse additive des couleurs); pureté.

Exemples: la blouse de La Force ou de La Tempérance; les fleurs du VI de coupes; le cheval de La Mort qui va faire renaître; la renaissance et résurrection des corps du Jugement (XIX); le personnage du II d’épées n’ayant pas encore la force mentale de séparer; 

Noir: négativité; désespoir; mort.

Exemples: le V de coupe et son personnage désespéré; Le ciel du X d’épées; le cheval du cavalier de pentacle et son immobilisme; 

L’association des deux valeurs blanc et noir est très souvent utilisées, et ce dans de nombreuses cultures (la figure du Yin/Yang par exemple). Dans le cadre du mysticisme occidental, elles correspondent à des archétypes et se rapportent à des oppositions et/ou complémentarités.

Exemples: les piliers noté J (pour Jakin) et B (pour Boaz) de la Grande Prêtresse; Les sphinx tirant le Chariot.

Gris: Le mélange du blanc et du noir. Cette valeur n’est pas très utilisée sauf pour les fonds. Elle témoigne généralement de la tristesse; la dépression voire de problèmes de santé mentale. Bien sûr, pour des raisons pratiques, les matières tels que les trônes l’utilisent beaucoup, ou même pour neutraliser un fond afin de faire ressortir les couleurs de plus grande importance.

Exemples: le fond du IV ou du XII de pentacle; le III d’épées particulièrement triste; La neutralité du fond du IV d’épées; 

Le jaune et l'or​

Or et jaune: communication; intellect; joie; valeurs positives. Souvent lié à l’élément Air, il exhale aussi l’énergie solaire au point qu’il remplace souvent le bleu du fond du ciel dans le Waite-Smith. Il symbole la haute conscience, le lien avec une énergie haute.

Exemples: Le fond flamboyant du Mat et celui du Magicien; Le fond et le blé de L’Impératrice qui crée; Les cartes solaires: Les Amoureux (VI), Le Chariot (VII), Le Soleil (XVIIII) bien évidemment); le IV de bâton, festif; la reine de bâton; la plupart des objets coupes de la série; le VI de coupes particulièrement joyeux; le VII d’épées car il faut bien de l’intelligence pour voler seul chez l’ennemi; 

Le bleu:​

Bleu: émotions; introspection; imagination. Plus le bleu est profond, plus ses qualités sont puissantes. Il s’agit évidemment d’une couleur reliée à l’élément Eau, et donc au subconscient.

Exemples: L’Étoile (XVII) carte d’eau; La Lune (XVIII) carte révélant l’ascendance de cet astre sur tout ce qui est aquatique ou relié à l’eau y compris l’imagination et le rêve; La Grande Prêtresse car sa force est intérieure et introspective; L’Hermite (IX) a un fond bleu plus dense car il voyage de nuit dans son esprit; le IX d’épées et les cauchemars issus des influences de l’inconscient; 

Le pourpre:​

Pourpre / violet: la spiritualité; les pouvoirs occultes; luxe et opulence.

Exemples: Le fond de La Justice (XI); La toge du roi d’épées; 

Le rouge et l'orange:

Rouge: passion; colère; action, énergie, sang, danger. Le rouge symbolise aussi le mental conscient.

Exemples: le coussin de L’Impératrice, le costume de L’Empereur et celui du Hiérophant; la plupart des bâtons de la série; le personnage du VIII de coupes décidant de partir; L’habit de l’homme riche ayant oeuvré pour sa fortune du VI de pentacle; 

Orange: variante du rouge, mais les passion plus plus éteintes.

Exemples: Le Diable (XV) dans lequel la chair est consommée par les passions; le cavalier de bâton, conquérant; le VI d’épées et l’exode volontaire; Le VIII d’épée qui montre bien que la volonté n’est pas totalement active; 

Le vert:

Le vert correspond bien sûr à l’élément naturel, plantes, chlorophylle, et est relié à la Terre. Nature, abondance, richesse biologique, tout ce qui pousse et témoigne symboliquement de la bonne santé ou réussite de ce qui l’entoure.

Exemples: L’Étoile et son sol abreuvé; chaussures et signe infini du II de pentacle; tous les végétaux; le page de pentacle (sol et chasuble) témoignant de son rapport à la Terre; toutes les touches de vert du roi de pentacle

Les quatre éléments des arcanes mineurs

Publié Publié dans Arcanes mineurs, Symbolisme

Les quatre éléments des arcanes mineurs sont liées symboliquement à quatre éléments de base: Le Feu, l’Eau, l’Air et la Terre.

Ces éléments, extérieurs à l’être humain, permettent aux cartes mineures d’être plus à même de nous parler des situations particulières, au contraire des majeures qui concernent davantage notre moi intérieur et nos tendances générales. Bien connaître les signification de ces éléments est indispensable à la lecture du tarot.

Un peu d'Histoire...

La théorie des quatre éléments n’est pas nouvelle et ne naît pas avec le tarot.

À l’origine, certains philosophes présocratiques au V° siècle av. J.C. formulent l’hypothèse selon laquelle tout corps dans l’univers serait constitué d’un assemblage de ces quatre éléments. Cette idée va arriver en Europe au XII° siècle par le biais des écrits d’Aristote que l’on redécouvre, et sera intégrée à la vision chrétienne.

Cette vision va connaître un énorme succès en étant appliquée aux recherches philosophiques et scientifiques au cours des siècles.

Les quatre éléments des arcanes mineurs dans le détail

Le Feu et les bâtons

Le bâton représente la force à l’état primordial, la puissance autonome, celle qui bourgeonne et croît d’elle-même.

C’est le désir dans tous les sens du terme qui nous amène à entreprendre, à créer (artistiquement ou non), à nourrir une passion, à gérer notre sexualité. Sans cette force, rien n’est possible puisqu’aucun moteur, aucun germe ne viendrait nous pousser à agir.

Le Feu, le feu sacré comme on dit, consomme, attise, entretient l’énergie, agit dans la matière. Il est le premier élément, le plus authentique (quoi de plus naturel que le bois du bâton). Il nous relie aux forces de la nature, à sa force initiale.

L'Eau et les coupes

Les coupes représentent l’émotion, le coeur. L’eau est concrètement, physiquement présente dans l’être humain. Liquide amniotique, salive, sécrétions…

L’eau est sensible aux influences de la lune (les marées) et de ce fait, est symboliquement rapprochée aux cycles et à l’inconscient.

Les récipients (coupes, calices, verres de l’amitié, Graal…) sont des outils de partage humain, collectifs, religieux. Ils créent des liens.

L'Air et les épées

Le son de l’air lorsque l’épée vole. L’épée de l’impartialité (les multiples représentations de la justice tenant son épée à double-tranchant) et des décisions (le noeud gordien que tranche Alexandre)…

L’épée est rattaché à l’intellect, à la pensée, aux idées pures. Nous faisons d’autant plus appel à ses qualités que notre société occidentale met les capacités intellectuelles au tout premier plan (les passions Feu sont souvent bridées; l’émotionnel Eau doit être contrôlé et l’individualisme privilégié).

L’épée tranche, pour départager le vrai du faux, mais aussi pour épurer, enlever l’inutile, non pas par ressenti, mais par pragmatisme et évaluation. Le double-tranchant signifie bien qu’il y a d’un côté le juste, et de l’autre le faux.

La Terre et les pentacles (ou deniers)

Au contraire du Feu, de l’eau qui coule, et de l’Air, on peut tenir de la Terre dans ses mains. L’élément est concret, solide, et les pentacles représente donc la matérialité, les possessions, le physique, l’argent. Ce n’est pas par hasard que le nom de cette couleur est ‘denier’ dans le tarot de Marseille, ancien nom de monnaie.

Si elle est importante, la dimension financière à laquelle on rapproche souvent les deniers n’a jamais occupé tout l’espace symbolique de la Terre. Et le changement de nom pour ‘pentacle’ permet de bien réaliser que d’autres manifestations sont à l’oeuvre. En particulier le fait que l’on ne puisse créer à partir de rien: il faut un apport en capital, mais aussi une relation à l’ordre social, comme des échelles proposant leurs degrés pour y prendre pieds sous peine ne n’avoir rien pour monter.